Présentation de l'équipe La Roue Marseillaise "Episode 17"

Barthelemy Gardel
Odoo • Image et Texte
Alexandre

L’ÉQUIPE DE La Roue Marseillaise : Alexandre
L’œil laser anti-coquilles, espaces superflus et pixels mal calibrés, c'est lui.
Pointilleux, Alexandre est très fort comme traqueur de coquilles et fautes de frappe, y compris pour les espaces en trop. Parfois, les bénévoles de la Roue marseillaise se demandent s'il ne fait pas une battle avec son père - Philip, le roi du calembour et de la faute de frappe masquée qu'il débusque comme un chasseur - ou se disent qu'il doit avoir des lunettes bio-ioniques pour tout voir comme ça…
Informaticien au L.I.C.A., lui seul peut entrer dans la matrice de notre site pour recadrer les visuels directement dans page la page HTML, taquiner le code et nous faire une belle mise en page que le commun des mortels serait bien incapable de faire. Il n'est pas traqueur de cookies sur internet, mais bien des coolkies de Clotilde, qui fait de bons gâteaux très cool (non non, ce n'était pas une faute de frappe qu'Alex aurait loupé : bravo, test réussi, lecteurs avertis !). On doit vous faire une confidence sur lui : il est gourmand, ce garçon.
À la radio, en revanche, il n'est pas traqueur : les interview au micro ou dans les journaux, il s'y colle, expliquant l'impact de l'externalité positive, des circuits courts, la gouvernance partagée. Passionné, Alexandre fait partie de ceux qui poussent à la Roue, hissent haut ses couleurs en animant des tours de jeu de l'Eu-Roue endiablés avec Philip, qui, en plus de partager l'amour de la relecture d'articles et publications diverses, est co-concepteur avec lui de notre jeu de plateau sur l'euro et la roue. À croire qu'ils avaient la roue dans le sang avant même qu'elle soit inventée, un comble.
Alexandre est une traction avant, quoi : traqueur mais pas tracteur, même s'il aime aussi la vie champêtre et agricole dans le cadre de ses activités avec Resol21, un réseau qui développe la permaculture sur la campagne à Aubagne à travers des potagers collectifs et des jardins partagés. Sa femme dit de lui qu'il est aussi rêveur et son intérêt pour la photographie en amateur en est une trace de plus.

Tout compte fait, ce ne sont pas des lunettes bio-ioniques qu'il porte : c'est juste une façon de voir le monde avec précision sans s'interdire de voir ce qu'il y a de beauté derrière les petites imperfections qu'il décèle scrupuleusement.

 

Pour lire ou relire les épisodes précédents :

épisode 1épisode 2  épisode 3 épisode 4 épisode 5 épisode 6 épisode 7 épisode 8 épisode 9

 épisode 10épisode 11 épisode 12 épisode 13 épisode 14 épisode 15 épisode 16